arrow_backRetour aux nouvelles
Comité EI – À la rencontre de producteurs des premières nations

Comité EI – À la rencontre de producteurs des premières nations

Publié le 23 juin 2021
Philippe Sioui Durand
Wina Sioui

Richesses culturelles et artistiques, écoute et souveraineté narrative.

Lundi 21 juin se déroulait le second rendez-vous du Comité Équité et Inclusion de Xn Québec. Étaient à l’honneur les diversités artistiques et culturelles des premières nations ainsi que l’importance d’une souveraineté narrative dans les productions et coproductions médiatiques.

Animé par Mahalia Verna, Directrice principale des opérations et de la stratégie chez ED Films et présidente du Comité EI de Xn Québec, les échanges et le partage de connaissances se sont faits avec 2 conférenciers invités, Me Wina Sioui, LL.B, B. Éd., membre du Barreau du Québec (2009) et médiatrice accréditée en matière civile, commerciale et du travail qui a pu introduire le sujet avec une mise en contexte historique des peuples des premières nations suivi d’un échange avec Philippe Sioui Durand, Fondateur et producteur de Yändata’ qui a pu à son tour nous partager les bonnes pratiques et enjeux des collaborations entre les peuples.


Les richesses culturelles des premières nations au Québec


Souvent malmenée par des stéréotypes directement rapportés des productions hollywoodiennes ou sortie tout droit de l’imaginaire collectif, l’image des peuples des premières nations a très souvent été déformée et éloignée de leur réalité.

Vous pouvez voir le documentaire expérimental CO-WRECK THE RECORD,  où Raymond Caplin, Naomi Condo, Christopher Grégoire-Gabriel et Craig Commanda, issus de trois différentes nations, nous exposent les préjugés et les enjeux auxquels ils ont dû faire face en tant que jeunes autochtones.

La richesse culturelle des premières nations est diversifiée.  Art du tissage, fabrication de canots, écriture, cinéma ou chant pour ne citer que quelques pratiques, le milieu des arts et de la culture est un milieu foisonnant qui possède une très belle tribune.



L’importance fondamentale de la souveraineté narrative dans la production

Quand je parle de souveraineté narrative, ce dont je parle est réellement la capacité des nations de posséder un contrôle sur les histoires qui les décrivent. Dans toute l’histoire du cinéma, l’énorme majorité des histoires racontées sur les peuples autochtones – fictifs et documentaires – ont été racontées par des peuples non-autochtones.
– Jesse Wente, Directeur de l’Indigenous Screen Office


PROTOCOLES ET CHEMINS CINÉMATOGRAPHIQUES

Protocoles et chemins cinématographiques est le guide de référence de production médiatique pour la collaboration avec les communautés, cultures, concepts et histoires des peuples des Premières Nations, Métis, et Inuit. 


Il s’agit d’un document majeur dans l’industrie de la production. Il est réalisé par l’ONF, Téléfilm Canada ainsi que le festival de film autochtones ImagineNATIVE et écrit par Marcia Nickerson afin de parler du processus d’expression, de revitalisation culturelle tout en respectant cette souveraineté.

Le guide vise, en autres, à protéger les droits et les intérêts des propriétés culturelles, assurer la conformité, le consentement de l’accès et du contrôle à un savoir, à une culture.

Les nations doivent pouvoir contrôler leur histoire et leur récit, ce qui n’empêche pas les collaborations et la coproduction. L’objectif est d’éviter de vouloir réinventer les histoires. Il faut laisser les nations et les créateurs des nations créer de leur propre chef. Ce qui amène au point qu’il ne faut pas empêcher les collaborations mais bien/mieux les faire…


Comment être un.e allié.e producteur.trice ?


Vouloir apprendre, comprendre, être à l’écoute de ce qu’il se passe dans les communautés, être au fait des appellations, des petits détails qui font que les membres des communautés vont être plus réceptifs. Agir avec le respect des protocoles, le respect des traditions, le respect des savoirs.

Faire attention à la fameuse appropriation culturelle, essayer de ne pas véhiculer les stéréotypes.

Dans les communautés la main d’œuvre est présente. Les jeunes sont intéressés, curieux, et ne demandent qu’à être invités à participer aux développements.

Le collége kiuna est le premier centre d’études collégiales consacré à l’​éducation des autochtones du Québec avec notamment une nouvelle initiative, la première cohorte d’étudiant.e.s en cinéma. Nouvelle de cette année, cette initiative vise à intéresser les jeunes aux diverses formes d’art cinématographique et reliés à la technologie.

En tant que producteur ou dirigeant d’entreprise, la meilleure initiative serait d’ouvrir des possibilités de stages, de mentorat ou de jumelage.
– Philippe Sioui Durand


Une manière de produire et développer ensemble c’est aussi de produire des talents et transmettre le savoir. Tout le monde peut participer à l’effort.


SUGGESTIONS DE LECTURES



Vous avez des questions par rapport à vos projets ou vous souhaitez communiquer sur le programme ? Vous pouvez contacter :

Philippe Sioui Durand 
Fondateur et producteur, Yändata’
philippe@yandata.ca

Me Wina Sioui, LL.B, B. Éd.
Membre du Barreau du Québec (2009) et médiatrice accréditée en matière civile, commerciale et du travail.
wina@trudeausioui.com